Dr Muckwege, la colère d'Hippocrate

Dr Mukwege, L'homme qui répare les femmes

Film présenté le 11 mars 2017 au Foyer

Le 11 mars, nous avons regardé au Foyer : "L'homme qui répare les femmes", le film sur le Dr Mukwege, qui a opéré et accompagné des milliers de femmes, violées durant 20 ans de conflits à l’Est de la République démocratique du Congo RDC. Ce pays au sous-sol scandaleusement riche, est paradoxalement classée comme pays à la population la plus pauvre du monde. Les femmes sont attaquées et violées quand elles travaillent leur champ pour les décourager  à cultiver ces terres qui,  dans leur sous-sol,  regorgent de minerais précieux. Le viol est utilisé comme arme de guerre. Derrière les tueurs, des multinationales, des chefs d'état complices couvrent ces crimes ignobles.
Médecin et thérapeute accompli pour réparer autant l'âme que le corps des femmes et leur rendre leur dignité, le Dr Mukwege sort de la salle d'opération pour mener une lutte incessante et dénoncer l’impunité dont jouissent les coupables et pour mettre   fin à ces atrocités.   
  • Il faut regarder le néant en face pour savoir en triompher (Louis Aragon)

Viol de la femme et viol de la terre vont de pair. La terreur semée nous laisse sans voix, désarmés. Ce qui arrive à l’Est du Congo est symptomatique d’un mal qui nous concerne car nos multinationales sont complices des exactions commises et nous aussi subissons les conséquences de pouvoir prédateurs qui continuent à s’attaquer à la vie.

Beaucoup de signes (guerre interminable en Syrie, avènement de Trump, dictateurs du type Erdogan, Poutine, Kabila,  succès des politiques d'ultra-droite "conservatrices") indiquent que nous sommes dans une spirale qui va vers la non-vie, comme repris dans un chaos qui menace  l'humanité.  


Si nous ne voulons pas nous laisser emporter par les vents de mort qui soufflent de partout, nous devons changer de "canal" et nous relier au Souffle d’amour qui transforme le néant en commencement :  " Au commencement la terre était informe et vide et le souffle d’amour planaît sur le chaos ». (Genèse 1.1-3) Notre tâche, notre défi, désormais c’est de sauver le Souffle d’amour, le laisser remonter des décombres qui envahissent nos cœurs. Retrouver la trace déposée en nous, veiller sur la flamme. Jusqu’à ce que ce temps de chaos se mue en nouveau commencement et que la lumière soit.



Au milieu d'une culture de la mort qui conjugue viol de la terre et viol des femmes, face à l'horreur  innommable,  le Dr Mukwege, au risque de sa vie ose
- nommer, protester, dénoncer...
- soigner, relever, rendre dignité et raison de vivre aux femmes victimes de cette folie. 



A l'image de cet homme courageux et de ces femmes résiliantes,  laissons la passion pour la vie parler en nous, que nous ayons 5, 10, 20, 50, 80, 90 ans ou plus! Sursaut de vie, compassion, action nous seront donnés.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire