Inauguration, samedi 8 mars, 18 degrés !

Le ciel nous a fait don d'une journée radieuse pour le vernissage de l'Atelier. Beaucoup de visiteurs attirés par le projet ont déambulé au bord du Ruau, par la poterie, l'espace collectif et le toit. A peine la moitié des invités ont trouvé place à l'intérieur pour la petite cérémonie d'ouverture.



Philosophie de l'Atelier

Après une ouverture en musique, Sylvie exprime avec ses mots le sens de notre démarche:
"Il y a 6 mois nul ne pouvait prédire que l’Atelier du Ruau ouvrirait ses portes aujourd’hui ! Et encore moins qu’il ferait 18 degrés…

Il a fallu l’utopie de quelques indociles pour y croire et l’énergie créatrice d’un groupe d’amis pour vouloir ouvrir large les portes de ce lieu de création, pour que cette histoire heureuse naisse. Et la voilà, maintenant bien vivante, prête à voir les mimules fleurir.

C’est donc bel et bien une aventure intergénérationnelle que nous vivons et que nous voulons offrir dans ce lieu. Afin que les aînés transmettent au plus jeune leurs trésors, l’inverse étant aussi vrai.
Cet Atelier nous le voyons comme une petite oasis ou nous pouvons offrir nos utopies (réalistes) à d’autres.

Dans ces utopies il y a celles d’un monde différent à partager et à offrir, en laissant de côté le mode consumériste pour ensemble créer des liens qui nous nourrissent dans la durée à travers :
- votre créativité et la nôtre prête à éclore et à être partagée
-en célébrant le Vivant pour ne pas perdre le fil de la Merveille
-en restant en lien avec les pays du sud pour ne pas oublier leur réalité et élargir la nôtre.

Que cet endroit puisse être le reflet de nos envies et des vôtres.
Nous nourrissons l’espoir que ce lieu nous aide à sortir de nos cachettes, de nos retranchements de sécurité et que nous puissions y accueillir l’espoir fou, d’un monde différent, infime, fragile, éblouissant. Naître voilà l’invitation qui nous est faite. "

Historique de l'Atelier            

Thérèse, elle, a raconté la genèse de notre histoire. Selon elle, tout a commencé par le Ruau:

"Le Ruau, ce vigoureux ruisseau jamais tari est sans conteste à l’origine de l’implantation de notre village, au 12e s. Dès le haut Moyen âge, il a fait tourner les rouages des moulins depuis le Tilleul jusqu’à La Raisse. Autour des moulins, des générations d’artisans ont vécu une vie simple et terrienne... L’atelier où nous sommes aujourd’hui fait intimement partie de l’histoire du village même s’il n’est pas si ancien. Au début du 20es encore, les lavandières venaient étendre la lessive sur le toit plat de la maison.

Quand l’étranger, aujourd’hui, découvre le parcours du Ruau à l’intérieur du village, il est saisi d’un heureux enchantement. Notre âme vibre à l’atmosphère de ce lieu vivant à l’abri du grand trafic, qui laisse deviner des racines lointaines. J’étais loin d’oser rêver qu’un jour je pourrais installer ici mon atelier de poterie!


Et pourtant, en 2008 avec une collègue, nous avons signé le bail  et repris des locaux très endommagés après 3 ans d’inondations dues aux fuites d’eau du toit plat.  Les réparations étaient à nos frais mais le  loyer bas. Nous avons pu rendre les locaux habitables avec peu de moyens financiers mais beaucoup d’investissement personnel. On avait d’emblée décidé de laisser à cette maison la marque de son histoire. L'escalier qui grince donne l'impression de retrouver le grenier de nos grand-mères. Tout est un peu branlant et par un mystère bienveillant, aucun promoteur ne s’est encore approché de ce bijou. Pour nous, qui sommes adeptes de la sobriété heureuse, cela va bien ainsi.

L’année dernière quand ma partenaire s’est retirée du bail, j’en ai parlé aux amis du Réseau solidarité et ils ont senti que ce lieu pourrait être un endroit idéal pour traduire dans le concret les rêves qui nous habitent : Le désir de créer, dans un monde dominé par le pouvoir de l’argent, des oasis, des lieux de partage et d’échange qui font place à l’humain, selon la belle expression de Georges Haldas :


«Dans le désert social, relationnel, spirituel de notre monde, faire entendre le murmure de la Source qui, un jour, vient à bout du carnage, créer des oasis, des lieux de partage, d’échange…»d'après Les trois déserts, Georges Haldas

Le murmure de la Source imprègne cet espace, elle

nous renvoie à la Source originelle. Quelles que soient les menaces qui pèsent sur la vie et la nature en ce début de 21es.,  la Source intarissable subsiste. Capter son  murmure, le faire entendre c’est chercher à sauvegarder par nos actes, notre style de vie, le divin qui vibre au coeur de notre monde.              

Programme et financement

Nicole von Bergen a fait une présentation succincte et colorée des premiers ateliers prévus puis ouvert un espace pour l'expression d'autres propositions

Jean-Claude Schwab a parlé de l'engagement pris par les membres du Réseau solidarité pour assumer ensemble le loyer pendant la première année. Le local pourra être loué et qui sait ce qui adviendra dans les prochains mois : expo, récital, lectures et réflexions autour de l'écospiritualité, divers ateliers artisanaux, partages de savoir-faire, fête de famille???

Et voici, le 'bateau' a quitté le port…

En parlant de l'inauguration de l'Atelier du Ruau, une amie nous a écrit: "La présentation et la 'mise à l'eau'  de votre projet a pris la forme d'un bateau qui quitte le port et va prendre son élan pour sillonner les eaux et passer parmi les uns et les autres et nous relier."

Nous n'avons pas de plus grand bonheur que de voir ces liens se tisser et nous réjouissons de découvrir ce qu'il en adviendra avec ceux qui rejoindront le projet et feront des petits bouts de trajet avec nous, pour vivre ou proposer des initiatives et aussi pour le soutenir.
Envie de vous embarquer ?  Vous pouvez le signifier à l'aide de ce talon.

Pour voir les photos de la journée:

L'album du vernissage 

Dès 16h , effervescence à la poterie,
pour mettre les petits plats dans les grands
Avec l'aide de quelques lutins, les tables sont garnies,
le vin est au frais dans la fontaine




Les invités n'ont plus qu'à venir!



Ils sont arrivés à vélo
                                     
ou à pieds. 

Ils sont entrés, 

                            
                                    pendant que les enfants s'éclataient autour du Ruau.

                               

                        Pour admirer la vue depuis le toit, il faudra revenir, ça vaut le coup d'oeil!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire